L’expérience de la dépression par Véronique, pharmacien hospitalier


Véronique, pharmacien hospitalier, nous raconte la dépression qu’elle a traversée dans le cadre professionnel. Elle nous partage son expérience, des premiers signes ressentis à l’aide reçue, en passant par le retour au travail.

Le témoignage de Véronique en version de podcast est disponible sur la plateforme Coup de Blouse :
https://coupdeblouse.org/podcasts/depression-veronique-pharmacien-hospitalier/

Hausse des franchises médicales et participation forfaitaire : ce qui change en 2024


Le gouvernement a récemment publié le Décret n° 2024-114 du 16 février 2024, concernant la participation des assurés aux frais de santé. Voici un aperçu des changements importants qui entreront en vigueur à partir du 31 mars 2024.


Les franchises médicales seront doublées à partir du 31 mars 2024. Cela signifie que les assurés devront désormais payer :

  • 1€ par boîte de médicament (contre 0,50€ actuellement) ;
  • 1€ par acte d’auxiliaire médical (contre 0,50€ actuellement) ;
  • 4€ pour les transports sanitaires (contre 2€ actuellement).

Cependant, certaines exceptions s’appliquent. Les franchises médicales ne seront pas exigées pour les médicaments prescrits lors d’une hospitalisation, les actes paramédicaux effectués lors d’une hospitalisation, ou les transports d’urgence.

Les plafonds journaliers des franchises médicales seront également modifiés comme suit :

  • 4€ pour les actes d’auxiliaires médicaux (contre 2€ actuellement) ;
  • 8€ pour les transports sanitaires (contre 4€ actuellement).

Les plafonds annuels pour les franchises médicales restent inchangés, soit 50€ par an, de même que ceux des participations forfaitaires, également fixés à 50€ par an.

Une participation forfaitaire sera désormais exigée lors d’une consultation ou d’un acte médical. Son montant sera compris entre 2€ et 3€, ce qui représente une augmentation par rapport à l’ancien montant de 1€. Cependant, certaines catégories de personnes en seront exemptées, notamment les enfants et jeunes de moins de 18 ans, les femmes enceintes bénéficiaires de l’assurance maternité, ainsi que les bénéficiaires de la complémentaire santé solidaire.

Bon à savoir : Dans le cadre des contrats dits « Responsable », la participation forfaitaire n’est pas remboursée.

Pour plus de détails, veuillez consulter le décret publiés au Journal officiel le 16 février 2024.

Praticien Contractuel : l’APPA vous dit tout


L’APPA souhaite vous informer/ sensibiliser sur les lacunes de vos statuts hospitaliers en matière d’arrêt de travail notamment et sur l’importance de protéger vos revenus (émoluments et revenus complémentaires) pour maintenir votre niveau de vie.

Ce mois-ci nous poursuivons par le nouveau Praticien Contractuel (décret n°2022-135 du 5 février 2022).


Le recrutement du praticien contractuel

Le praticien contractuel ne peut être recruté que dans les cas suivants :

Pour assurer le remplacement d’un praticien lors d’une absence ou en cas d’accroissement temporaire d’activité.

Dans ce cas :

  • Le contrat est conclu pour une durée initiale de 6 mois maximum ;
  • Renouvelable pour une période maximale de 6 mois ;
  • Dans la limite de 2 ans au sein d’un même établissement.

En cas de difficultés particulières de recrutement ou d’exercice pour une activité nécessaire à l’offre de soin sur le territoire.

Dans ce cas :

  • Le contrat est conclu pour une durée initiale de 2 ans maximum ;
  • Dans la limite de 6 ans au sein d’un même établissement.

Dans l’attente de son inscription sur la liste d’aptitude au concours national de praticien hospitalier des établissements publics de santé. Dans ce cas :

  • Le contrat est conclu pour une durée maximale de trois ans.

Pour compléter l’offre de soins de l’établissement avec le concours de la médecine de ville et des établissements de santé privés d’intérêt collectif et privés mentionnés à l’article L. 6111-1 du Code de la Santé Publique (CSP).

Dans ce cas :

  • Le contrat est conclu pour une durée maximale de 3 ans ;
  • Renouvelable par décision expresse dans la limite d’une durée maximale de 6 ans.

Les congés différents congés de maladie

L’arrêt de travail peut revêtir différentes formes appréciées selon la nature de la maladie. Il existe donc statutairement plusieurs types de congé maladie :

Ce congé est octroyé lorsque la nature de la maladie ne présente pas de gravité particulière.

Ce congé est octroyé lorsque la maladie présente une gravité particulière qui rend nécessaire un traitement et des soins coûteux et prolongés. Les maladies ouvrant droit au CLM figurent à l’article 1 de l’arrêté du 14 mars 1986 (Liste ici).

Ce congé est octroyé pour l’une des affections relevant des 5 groupes de maladies suivants : tuberculose, maladie mentale, affection cancéreuse, poliomyélite, déficit immunitaire grave et acquis.

Au-delà des congés de maladie, longue maladie et longue durée, le praticien contractuel a également droit à un congé :

  • En cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle (article R. 6152-364 du CSP) ;
  • De maternité, de naissance, de paternité et d’accueil de l’enfant, d’adoption ou pour l’arrivée d’un enfant placé en vue de son adoption (article R. 6152-819 du CSP) ;
  • Parental non rémunéré (article R. 6152-45 du CSP) ;
  • De solidarité familiale (article R. 6152-35-1 du CSP) ;
  • De présence parentale (article R. 6152-35-2 du CSP) ;
  • De proche aidant (article R. 6152-824 du CSP).

Le praticien contractuel qui exerce à temps plein s’engage à consacrer la totalité de son activité professionnelle au service de son établissement employeur (sauf activités autorisées au titre du cumul d’activités et de rémunérations).

L’exercice d’une activité privée lucrative à l’extérieur de l’établissement est autorisé pour autant qu’il ne remette pas en cause le bon fonctionnement du service ou nuise à l’accomplissement des missions confiées au praticien.

La rémunération d’un praticien contractuel

Elle est composée :

  • Des émoluments hospitaliers variables selon le motif du recrutement et la durée de travail définie au contrat, avec :
    · Un seuil minimal ;
    · Un seuil maximal.

Pour les praticiens recrutés au titre du 2° de l’article R.6152-338, les émoluments peuvent comprendre une part variable de rémunération subordonnée à la réalisation des engagements particuliers et des objectifs prévus au contrat.

  • Des primes et indemnités :
    · Indemnités de sujétion ;
    · Indemnités forfaitaires pour tout temps de travail additionnel ;
    · Indemnités correspondant aux astreintes et aux déplacements.
  • De la prime d’engagement de carrière hospitalière (payée en deux versements) ;
  • Des primes et indemnités visant à développer le travail en réseau :
    · PET – Prime d’exercice territorial (activité sur plusieurs établissements) ;
    · PST – Prime de solidarité territoriale (activité partagée).

Au-delà des émoluments hospitaliers et selon l’article D6152-356 du Code de la Santé Publique, le versement des primes est maintenu durant les congés de maladie, longue maladie et longue durée dans la limite de 3 mois ou de 6 mois lorsqu’il s’agit d’un congé pour accident du travail ou maladie professionnelle (à l’exception de la prime de solidarité territoriale).

Représentation graphique du maintien des revenus en maladie

Voici le maintien de vos revenus hospitaliers au cours de ces trois types de congés maladie.

Comme vous pouvez le constater, la diminution des revenus est brutale. Seulement 50% de la rémunération dès le 4ème mois d’arrêt de travail en congé de maladie.

Mais c’est sans compter sur le fait que si le praticien contractuel a différents arrêts de travail au cours d’une même période de 12 mois, le maintien des émoluments à 100% ne sera plus appliqué (diminution de la période d’indemnisation à 100% du fait des arrêts de travail au titre de la ou des périodes précédentes).

Exemple concret de perte de revenus lors d’un congé de maladie

Le maintien des émoluments hospitaliers lors d’un congé de maladie, longue maladie ou longue durée est composé :

  • Des indemnités journalières versées par la Sécurité sociale ;
  • Du complément de salaire versé par le centre hospitalier employeur.

Dans la majorité des cas, l’établissement hospitalier détient la subrogation de salaire.

C’est-à-dire que pour permettre à votre employeur de maintenir votre revenu, c’est lui qui perçoit pour votre compte les indemnités journalières de la Sécurité sociale (IJSS).

Dans les cas où l’employeur n’a pas de subrogation, les IJSS vous sont directement versées et votre employeur procède au complément de salaire pour atteindre le maintien des revenus tel que prévu dans le statut de praticien contractuel lors des congés de maladie, longue maladie, longue durée.

Quelles sont les formalités pour déclarer un arrêt de travail ?

FORMALITÉS VIS-A-VIS DE LA SECURITÉ SOCIALE ET DE L’ÉTABLISSEMENT EMPLOYEUR

Dans un délai de 48h, vous devez impérativement transmettre :

  • Les volets 1 et 2 de l’arrêt de travail à la CPAM dont vous dépendez ;
  • Le volet 3 au directeur de l’établissement de santé ;
  • Et pour le CLM uniquement, vous devez également joindre un certificat médical du médecin traitant ou spécialiste avec pièces justificatives.

Vous devez adresser à votre administration une demande de CLD, accompagnée d’un certificat de votre médecin traitant. Le placement en CLD est soumis à l’avis du comité médical.
Le placement en CLD peut également être octroyé à la fin de la 1ère année de congé de longue maladie.

Nous attirons votre attention sur le fait que ces formalités sont obligatoires auprès de la Sécurité sociale et ce malgré le versement de vos émoluments à 100% par votre établissement en première période d’arrêt.

En effet, la non-déclaration de vos arrêts de travail à la Sécurité sociale peut entraîner à terme des complications financières très importantes pour vous :

  • Le contrat APPA ne pourra pas intervenir pour compléter vos revenus puisque vous devez obligatoirement justifier de percevoir des indemnités journalières de la Sécurité sociale en produisant les décomptes correspondants de cet organisme.
  • Si votre état de santé ne vous permet pas de retravailler et que vous devez être placé en position d’invalidité, la Sécurité sociale n’étant pas informée de vos arrêts de travail durant la période ayant précédé le placement en invalidité, vous ne pourrez pas prétendre au versement d’une pension d’invalidité de cet organisme.

Cette absence de pension d’invalidité entraîne également l’absence de versement complémentaire au titre de votre contrat APPA !

FORMALITÉS VIS-A-VIS DE BESSÉ POUR PERCEVOIR LE MAINTIEN DE VOS REVENUS ASSURÉS AU TITRE DES CONTRATS APPA

Comme pour tout contrat prévoyance et quel que soit le type de congé dans lequel vous êtes placé, certaines formalités indispensables sont à remplir pour ouvrir vos droits à prestations du contrat APPA.

La déclaration comprend plusieurs étapes reprises dans la fiche pratique de déclaration d’arrêt de travail : cliquez sur ce lien pour la consulter.

Première étape : la déclaration de votre arrêt de travail
Tout arrêt de travail doit être déclaré à l’équipe de gestion Bessé : gestion.appa@besse.fr dans les 6 mois (de date à date).

Cette déclaration doit être faite, y compris en cas de maintien du traitement hospitalier à 100% et quel que soit le type du congé : Maladie, Longue Maladie, Longue Durée.

Deuxième étape : la constitution de votre dossier
La fiche pratique de déclaration d’arrêt de travail (voir lien précédemment partagé) vous permettra de connaître les pièces qui devront être envoyées cette fois-ci par voie postale : Bessé Gestion APPA – 135 Boulevard Haussmann – 75008 Paris.

Troisième étape : décision et versement des prestations
Dès que toutes les pièces demandées sont reçues, une analyse complète du dossier est réalisée par le service médical pour la suite à donner.

Les conseils de l’APPA

Forte de ses 43 ans d’expertise et d’accompagnement des professionnels de santé (Internes, praticiens hospitaliers, hospitalo-universitaires et libéraux), voici quelques constats :

  • Nous sommes médecins, pharmaciens mais pas « intouchables » …
  • Nous ne sommes pas fonctionnaires …
  • La maladie ou l’accident ça n’arrive pas qu’aux autres !

Grâce aux contrats élaborés conjointement par votre association APPA et notre courtier BESSE et assurés par GENERALI, vous pouvez bénéficier d’une protection complète. Elle prend le relai de votre statut quand celui-ci ne vous protège plus en maintenant vos émoluments hospitaliers à 100% et vos revenus complémentaires (gardes, astreintes, primes et indemnités) selon les revenus souscrits lors de votre adhésion ou de la modification de vos garanties.

Les contrats APPA vous garantissent le maintien de votre salaire net, tant que vous êtes en arrêt de travail et sans limitation de durée. Nous vous accompagnons jusqu’à la reprise de votre activité hospitalière ou jusqu’à la mise en retraite.

Vous l’aurez bien compris, les émoluments hospitaliers sont pris en charge totalement ou partiellement par votre centre hospitalier employeur et par les contrats APPA lors d’une maladie.

Il n’en est pas de même du tout pour vos revenus complémentaires.

Il est donc primordial de bien assurer l’ensemble de vos rémunération, car la souscription d’un contrat adapté à votre statut et vos besoins vous permettra de maintenir votre niveau de vie lors d’une maladie ou d’un accident !

Adhérer à l’APPA, c’est l’assurance de bénéficier des contrats prévoyance et santé mis en place spécifiquement pour les praticiens hospitaliers, que vous soyez dans un statut temporaire ou titulaire.

L’équipe de spécialistes Bessé vous renseigne et vous accompagne tout au long de votre carrière.

Contact : 09.69.36.37.10 – gestion.appa@besse.fr

Le site Internet de l’APPA est une mine d’informations notamment sur l’ensemble des statuts hospitaliers. N’hésitez pas à le consulter.

Bon à savoir : Pour retrouver notre focus sur le statut d’Assistant des Hôpitaux, cliquez Ici

Les prochains événements de l’APPA


Préparez vos agendas, l’APPA sera présente sur 3 événements entre mai et juin. L’occasion idéale pour venir nous rendre visite et échanger avec nous !


Nous participerons à deux congrès qui sont Hopipharm et Urgences ainsi qu’à un moment de convivialité au CHU de Limoges.

Il se déroulera au Carré des Docks du Havre, du 29 au 31 mai.

C’est l’événement incontournable pour les pharmaciens hospitaliers. Au programme, de nombreuses sessions scientifiques et professionnelles, mais également des formations DPC (développement professionnel continue) et des symposiums.

Nous serons présents au stand 87

Nous serons également présents au congrès Urgences, qui se déroulera au Palais des Congrès de Paris, du 5 au 7 juin.

Avec plus de 4600 participants, c’est l’occasion d’assister à des séances de formation mais surtout de se tenir au courant des dernières actualités et innovations en matière de soins.

Nous serons présents au stand 73

Le 30 Mai, en partenariat avec le CHU de Limoges, l’APPA  sera pour la première fois, présente pour un moment de convivialité au Domaine de Beauregard, pour rencontrer des Chefs de Clinique, des Médecins juniors et des Internes.
Notre objectif ? Répondre à toutes vos interrogations en matière de protection sociale et présenter les solutions proposées par l’APPA dont une couverture prévoyance très complète pour 1€ par mois.

François Douchain, le Secrétaire Général de l’APPA, sera présent à l’événement pour représenter l’APPA.

Quelle est la durée de validité de mon ordonnance de lunettes ?


Pour une première délivrance la durée de validité est fonction de l’âge du patient :

  • 6 mois pour les patients de moins de 16 ans,
  • 5 ans pour les patients de 16 ans à 42 ans,
  • 3 ans pour les patients de plus de 42 ans.

Pour le renouvellement d’une paire de lunettes, la validité de l’ordonnance est de :

  • 1 an pour les patients de moins de 16 ans,
  • 5 ans pour les patients de 16 ans à 42 ans,
  • 3 ans pour les patients de plus de 42 ans.

Il faut savoir que l’opticien peut adapter la correction. En revanche, il devra indiquer sur l’ordonnance l’adaptation qu’il aura appliquée.

Pour limiter votre reste à charge et bénéficier de tarifs négociés, vous pouvez vous rendre dans le réseau des partenaires opticiens Santéclair.

Pour joindre Santéclair : composer le 09.72.72.02.24 – puis taper 3.

Pour en savoir plus, rendez-vous ici

Interview du Dr Mickael Worms-Ehrminger


Enseignant, chercheur et auteur, Dr. Mickael Worms-Ehrminger se distingue par ses engagements pour la sensibilisation autour des questions de santé mentale et des troubles psychiques. Créateur du Podcast « Les Maux Bleus », il s’efforce de briser les tabous entourant ces sujets.


« J’ai le sentiment que la souffrance psychique trouve sa place de plus en plus fréquemment dans les consultations d’autres spécialités. »

Dr Mickael Worms-Ehrminger

Je suis le Dr. Mickael Worms-Ehrminger, enseignant et chercheur en santé publique et recherche clinique avec un fort accent sur les questions de psychiatrie. J’ai en parallèle une activité de vulgarisation autour des troubles psychiques, notamment par le biais d’un podcast, « Les Maux Bleus« .

Mon histoire personnelle a fait que j’ai été sensibilisé très tôt aux enjeux psychiatriques. J’ai fini par m’y intéresser à un point que j’ai décidé d’en faire mon activité quotidienne. En m’engageant dans la recherche et la vulgarisation, j’essaie d’avoir un impact positif auprès de divers publics, en apportant mon regard hybride, professionnel et expérientiel.

La communauté médicale est diverse, à l’instar des pratiques et des approches. Les psychiatres y sont forcément sensibilisés par leur spécialité, mais j’ai également le sentiment que la souffrance psychique trouve sa place de plus en plus fréquemment dans les consultations d’autres spécialités. Cela dit, on sait que dans 70% des cas, le premier recours pour faire face à une dégradation de sa santé mentale reste le médecin généraliste. Or, on sait également que le temps des médecins généralistes est rare et précieux au vu des besoins des populations et des problèmes de démographie médicale. Par conséquence, le temps long nécessaire à la prise en charge des troubles psychiques peut être très difficile à dégager dans ce cadre. Mais on sent un mouvement allant dans le bon sens, même si le passage à l’action peut être freiné par de nombreuses barrières.

« La perte de sens, le sentiment d’impuissance, l’épuisement sont des réalités de nombreux hospitaliers. »

Dr Mickael Worms-Ehrminger

Premièrement, permettre aux personnels soignants hospitaliers de faire leur travail dignement est un prérequis indispensable ! La perte de sens, le sentiment d’impuissance, l’épuisement sont des réalités de nombreux hospitaliers. Il me semble difficile dans ce cadre de mettre en place des interventions spécifiques à l’hôpital, en ce qu’elles concernent toutes les professions du corps soignant — et au-delà. Il faut également que ces interventions soient acceptables et faisables, sans être contraignantes ou ennuyeuses. Avec notre podcast « Les Maux Bleus« , nous avons un large public de professionnels. Nous sommes actuellement en train d’évaluer l’impact que l’écoute des « Maux Bleus » a en termes de représentations et de pratiques, et les premiers résultats sont très encourageants. Par exemple, plus de 80% des professionnels ayant répondu rapportent avoir changé leurs pratiques, développé leur empathie, ou encore avoir appris de nouveaux éléments de compréhension des troubles psychiques et des patients. Il existe une littérature scientifique encore balbutiante mais émergente sur l’intérêt d’utiliser les nouveaux supports média pour faire entrer ces sujets dans le quotidien de manière non contraignante et flexible ; les podcasts, par exemple, semblent être un medium acceptable et accepté.

Ayant toujours été sensibilisé à ce sujet par mon parcours et mon histoire personnelle, je n’ai pas spécialement modifié la perception de ma santé mentale. Ceci dit, travailler sur ce sujet au quotidien m’a beaucoup aidé à réfléchir à l’expérience de la maladie, à la souffrance, aux relations soignant-soigné, entre autres. Je développe donc plutôt une nouvelle philosophie de la santé mentale en me nourrissant d’auteurs tels que Claire Marin, Frédéric Worms, Paul Ricoeur…
J’ai également pu prendre conscience de l’ubiquité de la souffrance psychique dans les milieux scientifiques et médicaux. Les conditions de travail dans de nombreux hôpitaux ou institutions de recherche provoquent beaucoup de souffrance dont tout le monde se passerait. Malheureusement, cela contribue aussi à la perte d’attractivité des carrières hospitalières et universitaires, amplifiant le manque de personnel et accroissant de ce fait la charge pesant sur celles et ceux qui restent. Le problème est systémique…

« J’ai également pu prendre conscience de l’ubiquité de la souffrance psychique dans les milieux scientifiques et médicaux. Les conditions de travail dans de nombreux hôpitaux ou institutions de recherche provoquent beaucoup de souffrance dont tout le monde se passerait. »

Dr Mickael Worms-Ehrminger

Pour écouter « Les Maux Bleus« , c’est ici

Retrouvez cette interview et de nombreuses autres ressources en lien avec la souffrance au travail sur votre plateforme Coup de blouse.

Portrait de Danièle Goumard, Trésorière de l’APPA


Régulièrement, nous vous présentons les portraits de celles et ceux qui représentent et administrent, de façon bénévole votre association APPA. Ce mois-ci, à l’honneur, une femme passionnée et engagée, administratrice et trésorière de l’Association depuis 2009.


« J’ai été attirée par le projet de l’APPA, dont je suis adhérente depuis près de 30 ans (septembre 1995), pour ses valeurs nobles de solidarité et d’humanité qui vont dans le sens de l’intérêt général, le tout dans un esprit familial et résolument collectif »

Danièle Goumard

Dr. Danièle Goumard a démarré sa carrière d’anesthésiste-réanimatrice au centre hospitalier de Gisors (Eure) après ses études de médecine à Nancy. Elle y a gravi progressivement les échelons jusqu’à devenir cheffe de service, tout en assumant le goût de l’agenda bien rempli : création du SMUR local, encadrement des internes, publications scientifiques, cours de secourisme, enseignement à l’école d’infirmières de l’hôpital, etc.

En 1987, à la faveur d’une mutation liée à son statut de praticien, elle retrouve sa terre d’origine – ou plutôt son océan, sur le rivage de La Rochelle. Pendant plus de deux décennies, elle poursuit sa carrière passionnée au cœur de l’hôpital, en participant également à la formation des nouvelles générations et à de nombreuses activités associatives, locales ou nationales, au service de sa spécialité ; elle a notamment été membre titulaire de la SFAR – Société française d’anesthésie et de réanimation et du CFAR – Collège Français des Anesthésistes-Réanimateurs, dès sa création, où elle a occupé plusieurs fonctions, entre le bureau du Collège et sa commission pionnière dédiée à la Santé du Médecin Anesthésiste Réanimateur au Travail (SMART). Elle intervient en parallèle sur des missions d’expertise pour le compte de différentes institutions, comme l’ARS, la région Poitou-Charentes ou le Ministère de la Santé sur le thème de la périnatalité.

Aujourd’hui retraitée, Danièle Goumard continue de naviguer entre plusieurs de ses engagements, notamment pour l’APPA et le temps familial qui se partage, comme elle, entre La Rochelle et l’Île de Ré. Elle incarne une force tranquille qui conjugue l’énergie du mouvement et la douceur du yoga, un pied marin bien ancré et de nouveaux océans à explorer, dans la foulée de ses voyages passionnants en Antarctique ou dans les Îles Marquises…

Retour sur nos améliorés dans les Hôpitaux de l’Assistance Publique de Paris


Qu’est-ce qu’un « Amélioré » ? Il s’agit de rencontres conviviales pour sensibiliser les Internes et Praticiens hospitaliers sur les carences des statuts en cas d’arrêt de travail, d’invalidité ou de décès et de présenter les solutions mises en place par l’APPA.


Le 7 mars dernier, l’APPA a sollicité son partenaire et courtier Bessé pour animer un Amélioré au sein de la salle de garde du Centre Hospitalier de Tenon, avec l’aide précieuse du Docteur Ibtissam AIT AZZI.

Des améliorés ont également été organisés dans les centres hospitaliers de Saint-Antoine et de Saint-Louis, un autre est en cours de préparation à l’hôpital Robert Debré.

Ces rencontres, agrémentées d’un repas ou d’un café (très) gourmand, permettent d’engager des discussions mais aussi de venir à la rencontre de nos adhérents. Au cours de ces échanges, les équipes Bessé vous conseillent sur des solutions visant à protéger vos revenus en cas d’aléas de la vie et à assurer la sécurité financière de vos proches en cas de décès.

Nous profitons également de ce moment pour mettre en avant Coup de blouse, la première plateforme d’informations dédiée à la souffrance au travail à l’hôpital créée à l’initiative de l’APPA. De nombreuses ressources y sont répertoriées afin d’apprendre davantage sur les risques psychosociaux, le tout est en accès illimité et gratuit !

En plus des échanges, l’APPA et les équipes Bessé mettent en place, lors de chaque Amélioré, un jeu concours qui permet aux internes et aux praticiens hospitaliers de remporter une carte cadeau d’une valeur de 100 euros !

Comment organiser un Amélioré ?

Pour organiser un événement dans vos salles de gardes ou services, nous vous invitons à nous envoyer votre demande sur l’adresse email appa@besse.fr.

Authentification biométrique sur l’appli Compte Ameli : plus simple et plus sécurisée !


L’application Ameli a augmenté sa sécurité avec l’identification biométrique, pour une meilleure protection de vos données.


L’application Ameli propose une alternative plus rapide et tout aussi sécurisée : l’authentification biométrique. Cette technologie utilise votre empreinte digitale ou votre visage pour vous identifier en quelques secondes, sans saisie de code supplémentaire.

1- Téléchargez l’application Compte Ameli sur l’App Store d’Apple pour iPhone ou sur Google Play pour Android.

2- Connectez-vous à votre compte avec vos identifiants habituels.

3- Appuyez sur le menu en haut à gauche (3 barres horizontales).

4- Sélectionnez « Paramètres » en bas de l’écran.

5- Activez l’authentification biométrique en appuyant sur « Oui » et suivez les instructions.

Cette méthode assure une sécurité renforcée tout en simplifiant l’accès à vos informations.

Vous n’avez pas de compte Ameli ? Cliquez sur l’article ci-dessous pour découvrir toutes les étapes pour créer votre compte.

Mon contrat APPA prévoit une garantie assistance et je dois partir à l’étranger. Comment puis-je obtenir une attestation d’assistance ?


Si vous partez en déplacement professionnel ou privé ou bien encore si l’un de vos enfants part en vacances ou part étudier à l’étranger, vous pouvez obtenir une attestation d’assistance.


Votre demande doit être adressée impérativement à Europ-Assistance par mail à l’adresse suivante : serviceplus@europ-assistance.fr.

Afin d’être identifié rapidement par leurs services, vous devez mettre en objet du mail : « demande d’attestation d’assurance pour voyage à l’étranger ».

Les informations qui seront nécessaires à Europ-Assistance sont les suivantes :

• Numéro d’adhérent APPA (il figure au dos de votre carte de tiers-payant Mercer)
• Nom et Prénom du ou des bénéficiaires
• Adresse Postale
• Numéro de téléphone
• Mail
• Destination finale
• Dates de séjour
• Motif du déplacement (privé ou professionnel)
• Langue (français ou anglais)

Top