Coronavirus 2019 : lorsque SarsCov-2 fait des ravages avec sa Covid-19


1. Qui suis-je ?

2. De quoi est-il accusé le SraCov-2

3. A quel point le sarscov-2 est-il infectieux ou épidémiogène

4. Covid-19 de Sarscov-2 est-elle si mortelle que cela ?

5. Le contact avec ce sarscov-2 signifie-t-il à coup sûr une infection ?

6. Que sait-on du délai d’incubation et de transmission du virus à partir d’une personne infectée et/ ou malade ?

7. Quel est le rôle de l’environnement dans la dissémination des coronavirus dont sarscov-2

8. Sommes-nous capables de l’éviter ?

9. Sommes-nous obligés de respecter le confinement ou la distanciation sociale “social distancing” ?

10. Quels sont les traitements de covid-19 ?

11. On se résume ?

12. Que de fausses informations qui circulent à son sujet !

1. Qui suis-je ?

Je suis un virus, appartenant à une famille de virus portant une couronne [corona] sur mon enveloppe. Ma famille, parmi les plus nombreuses, est celle des Coronavirus (figure 1).

Figure 1 : le monde des coronavirus[1]

Les coronavirus sont largement retrouvés chez l’homme et les animaux (figure 2). Dans cette famille on retrouve outre SarsCov-2, Mers-Cov, SarsCov, des coronavirus humains communs tels que HCoV-229E, HCoV-OC43, HCoV-NL63, HCoV-HKU1, responsables de rhume, de maladies respiratoires virales, gastroentérites virales, entre autres.

Figure 2 : Principaux réservoirs et modes de transmission des coronavirus[2]

Pour ce qui concerne le sarscov-2, une récente étude avec séquençage métagénomique semble confirmer le lien avec le sarscov du pangolin[3] .

Tous ces virus sont facilement transmis d’une espèce animale à l’autre[4]

2. De quoi est  accusé le SraCov-2 ?

Le sarscov-2 est responsable du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) nommée covid-19 : maladie à coronavirus 2019. Cette affection est caractérisée, entre autres, par Fièvre, fatigue, maux de tête, toux et maux de gorge, courbatures, gêne respiratoire voire anosmie (perte de l’odorat) (figure 3[5]). Elle se traduit par plus de 80 % de guérison spontanée sans aucun traitement. Elle engendre des symptômes plus graves, notamment une dyspnée pour 1 malade sur 6.  Les personnes âgées et celles qui ont d’autres problèmes de santé (hypertension artérielle, problèmes cardiaques ou diabète) ont plus de risques de présenter des symptômes graves[6]

L’infection à sarscov-2 peut être aussi accompagnée de signes dermatologiques. Il s’agit des signes très variés qui peuvent aller du simple prurit à des acrosyndromes[7] et pouvant se traduire par une éruption cutanée, des pétéchies[8], un prurit simple ou  intense, rash cutané précoce ou en cours d’évolution, urticaire, dermatite, sécheresse, dyshidrose, hyperhidrose, eczéma, érythème du visage[9]. Ces signes peuvent être ceux d’autres pathologies concomitantes.

Figure 3 :  symptomes de covid-19

Toutefois, on peut tousser et avoir des maux de tête sans avoir covid-19 (cliquez pour voir le Tableau I : « comparaison des symptômes communs entre le rhume, le rhume des foins et du Covid-19 »[10])

Il est donc important de rester lucide en cette période du tout dans tout. Au moindre doute il faut, selon les procédures en places, fait appel à un spécialiste[11].

Surtout savoir rester calme et lucide.

3. A quel point le sarscov-2 est-il infectieux ou épidémiogène ?

Le sarscov-2 est très épidémiogène, capacité à se disséminer rapidement, comparé au sarcov-1 et au mers-cov. En effet, son R0, le taux de reproduction de base du virus, qui correspond au nombre d’individus qu’une personne porteuse va infecter pendant la durée de son infection est estimé aux alentours de 3. Autrement dit, chaque personne atteinte par sarscov-2 infecte en moyenne trois autres personnes. L’ampleur d’une épidémie est fortement liée au R0.

Le taux de reproduction de base du virus de la grippe est plus faible que celui du Covid-19. Le plus élevé est celui de la rougeole (figure 4).

Figure 4 : le R0 comparé de quelques infections virales connues[12]

En simplifiant au maximum l’hypothèse de propagation du Sarscov-2, on peut avec un tel R0 faire l’hypothèse que le nombre de personnes qui n’auront pas été infectées à la fin d’une épidémie est égal à 1/R0, autrement dit 30% des gens ne seraient pas touchés. Donc, 70% des personnes peuvent être infectées si aucune mesure de prévention n’est mise en place.

4. Covid-19 de Sarscov-2 est-elle si mortelle que cela ?

Certes avec Covid-19, sarscov-2 a engendré la dernière vraie pandémie du monde moderne et globalisé. Mais, en l’état, les données disponibles montrent que les pandémies au fil des siècles sont de moins en mortelles (cliquez pour voir le Tableau II : « les plus grandes pandémies de l’histoire de l’humanité »). C’est la médiatisation qui fait leur popularité et qui fait courir un risque anxiogène délétère

La vitesse de propagation des informations, les unes réelles et vérifiées et les autres, les plus nombreuses, fausses dont certaines sont fabriquées à dessein, crée un climat peu propice à une gestion paisible et raisonnée d’une épidémie, quelle qu’elle soit.

Le constat qui s’impose est qu’au fil des années et des siècles le nombre de morts attribuables aux pandémies diminue. D’ici la fin de son périple mortifère, le covid-19 ne fera certainement pas autant de victimes que la grippe espagnole (1918-1919). Pas convaincus ?

Regardez plutôt par ici : https://youtu.be/UxvR95pegZ8 (11,12 minutes, à regarder plus tard histoire de se donner le temps de la réflexion)

Si on regarde de plus près les taux de fatalité des pathologies virales émergentes de ces dernières années, on s’aperçoit que le sarcov-2 de par sa pathologie covid-19, n’est pas parmi les plus fatals (cliquez pour voir le Tableau III : « Taux de léthalité des infections virales émergentes les plus connues »[13]).

5. Le contact avec ce sarscov-2 signifie-t-il à coup sûr une infection ?

Le virus sarscov-2, et donc la maladie covid-19, se propage principalement par les gouttelettes respiratoires expulsées par les personnes qui toussent.

Les coronavirus, dont le sarscov-2, sont le plus souvent transmis par une personne infectée des façons suivantes :

  • gouttelettes respiratoires générées lorsqu’elle tousse ou éternue;
  • contact personnel étroit, comme un contact direct ou une poignée de main;
  • contact avec une surface, suivi du contact par une autre personne avec la surface infectée, puis du contact de la main avec la bouche, le nez ou les yeux avant de se laver les mains.

La transmission ou la propagation de ces virus par l’eau ou les systèmes de ventilation n’est pas connue.

En effet, leur transmission par air ou aéroportée n’est pas démontrée [14];[15];[16].

Bien que la persistance dans l’aérosol soit expérimentalement rapportée en milieu clos et stable, le tambour de Golberg[17] , en pratique clinique ce sont des procédures telles que l’aspiration, l’intubation, connues pour être à risque d’aérosolisation[18] qui font courir aux soignants le risque d’une transmission du sarscov-2 comme des autres coronavirus par l’aérosol généré lors de ces procédures.  Cet aérosol fait de grosses particules n’est pas à confondre à l’aérosol constitué de fines particules, < 5µm, transmissible par l’air.

Les études menées à ce jour semblent indiquer que le virus responsable de COVID-19 est principalement transmissible par contact avec des gouttelettes respiratoires et à partir des surfaces contaminées plutôt que par voie aérienne

La maladie covid-19 peut affecter à tout âge[19]

Les enfants sont contaminés mais seraient moins susceptibles au sarscov-2[20]. Ils sont peu ou pas symptomatiques mais peuvent être vecteurs du virus.

Sont considérés comme à risque élevé de covid-19 avec des complications

  • Personnes ayant des problèmes de santé, notamment :

⇒ maladie cardiaque
⇒ hypertension (pression sanguine élevée)
⇒ maladie pulmonaire
⇒ diabète
⇒ cancer

  • Personnes dont le système immunitaire est affaibli en raison d’un problème de santé ou d’un traitement, comme la chimiothérapie
  • Personnes âgées

6. Que sait-on du délai d’incubation et de transmission du virus à partir d’une personne infectée et/ ou malade ?

À ce jour, on estime que la période d’incubation de la covid-19 dure de 1 à 14 jours, en moyenne 5 à 6 jours[21]. Ces données sont susceptibles d’évoluer.

Il est possible de contracter la COVID-19 au contact d’une personne qui a peu ou pas de signe clinique de la maladie.

Faites-vous-en une idée plus claire par ici : https://youtu.be/NQc4vo8jVwo

Ce qu’on sait aujourd’hui, c’est que sarscov-2 engendre une immunité chez les malades guéris.

7. Quel est le rôle de l’environnement dans la dissémination des coronavirus dont sarscov-2 ?

Les coronavirus sont disséminés à partir des gouttelettes puis via les mains. Ils peuvent se retrouver sur les toutes les surfaces. Ils ont la capacité de survivre, en fonction des conditions environnementales, sur de nombreuses surfaces[22] (cliquez pour voir le Tableau IV : « persistance des coronavirus sur différents types de surfaces inertes »)

Le sarscov-2 a lui été capable, en conditions expérimentales bien maîtrisées, de survive en temps médian 1 h (dans l’aérosol), 1 h (sur du cuivre), 3,5 h (sur du carton), 6 h (sur de l’acier) et 7 h (sur plastique)[23] (cliquez pour voir le Tableau V : « sur des sarscov-1 et sarscov-2 sur différentes surfaces »)
. Toutefois, ces durées de vie restent comparables à celles de sarscov-1, agent du sras (2002-2003). Malgré sa survie dans l’aérosol dans le tambour de Goldberg, sa transmission par l’air n’est pas cliniquement démontrée. C’est toujours le cas pour les autres coronavirus.

SarsCov-2 est certes très épidémiogène, mais il reste un virus très fragile[22]. Il est détruit par tout produit désinfectant contenant un biocide (éthanol, propanolol, chlorhexidine, ammonium quaternaire, etc.) (cliquez pour voir le Tableau VI : « sensibilité des coronavirus aux biocides »)

8. Sommes-nous capables de l’éviter ?

Il y a se laver les mains et se laver les mains : https://youtu.be/CuEgxKShOZ0

Ou se les frictionner mais correctement : https://youtu.be/IXiGWkMu27E

Appliquer l’hygiène respiratoire

Tousser ou éternuer dans votre coude ou dans un mouchoir

Utiliser un mouchoir à usage unique et jetez-le

Dans les établissements de santé, le port de masques d’efficacité connue est bien codifié

Mais il faut apprendre à bien mettre et enlever son masque https://vimeo.com/397008142

Lorsque le virus commence à circuler dans la population le port de masque contribue à la prévention de la dissémination de l’agent pathogène[24],[25], à condition d’utiliser un matériau de qualité connue[26] pour fabriquer le masque.

Saluer sans se serrer la main, évitez les embrassades

Éviter les rassemblements et respecter les distances de sécurité de 1 m entre individus

Respecter le confinement

Veiller à garder son proche environnement propre (nettoyage, désinfection (milieu de soins)) :

Nettoyer et désinfecter toutes les surfaces fréquemment touchées dans la maison (ex. tables, dossiers de chaises, poignées de portes/fenêtres, interrupteurs, téléphones, tablettes, écrans, télécommandes, manches, poignées diverses, bureau, toilettes, éviers)

Lors de ces opérations, prêter attention au fait que les surfaces dures, non poreuses, et les surfaces souples, poreuses, ne peuvent être entretenues de la même façon et avec les mêmes produits

Nettoyer et désinfecter les objets électroniques

Veiller à bien nettoyer son linge, ses vêtements ainsi que tous les articles de maison destinés à être lavé

9. Sommes-nous obligés de respecter le confinement ou la distanciation sociale “social distancing” ?

Oui, sinon, avec une rapidité effrayante sarcov-2 entrainerait en 30 jours plus de 600 autres personnes dans les méandres de covid-19 et ce, à partir d’une seule infectée au départ (figure 5[27] )

Figure 5 : nombre de personnes contaminées en 30 jours, à partir d’une seule, estimé avec le R0 du sarscov-2 (covid-19) et en fonction de la rigueur des actions de prévention mises en place.

La prévention vaut le coût.

10. Quels sont les traitements de covid-19 ?

Nous verrons cela au prochain chapitre. Dès qu’il y en a un vous serez les premiers informés. Les essais cliniques foisonnement partout dans le monde.

11. On se résume ?

https://www.youtube.com/watch?v=kcVIzIkHBnI
https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/q-a-coronaviruses

12. Que de fausses informations qui circulent à son sujet !

A la recherche d’informations complémentaires, ne visitez que les sites officiels ou exposant des données scientifiques :

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/myth-busters

https://www.ecdc.europa.eu/en/novel-coronavirus/facts ou

https://www.ecdc.europa.eu/en/novel-coronavirus-china/questions-answers

https://sfpt-fr.org/covid19 : site mis en place par la Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique en partenariat avec le Réseau Français des Centre Régionaux de Pharmacovigilance et des Conseils Nationaux des Enseignants de Thérapeutique et de Pharmacologie médicale.

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/hcp/ppe-strategy/isolation-gowns.html

https://covid19-médicaments.com : site mis en place par la DGS avec validation scientifique par le Réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance et le Département Hospitalo-Universitaire de Pharmacologie avec l’appui technologique de Synapse Médecine.

Rédaction :

Dr Crespin C. ADJIDÉ
PharmD, Microbiologiste, Préventeur Risque Infectieux,
Praticien hospitalier, Hygiéniste
Responsable du Laboratoire Hygiène Risque Biologique & Environnement  Centre de Biologie Humaine (CBH)
Pôle Biologie et Pharmacie, CHU Amiens-Picardie (France)
1, Rond-Point du Pr Christian CABROL  80054 AMIENS CEDEX 1
Correspondant local et Administrateur APPA

_________________________

[1] Ashour, H.M.; Elkhatib, W.F.; Rahman, M.M.; Elshabrawy, H.A. Insights into the Recent 2019 Novel Coronavirus (SARS-CoV-2) in Light of Past Human Coronavirus Outbreaks. Pathogens 20209, 186; doi:10.3390/pathogens9030186

[2] Muhammad Adnan Shereen, Suliman Khan, Abeer Kazmi, Nadia Bashir, Rabeea Siddique. COVID-19 infection: Origin, transmission, and characteristics of human coronaviruses, Journal of Advanced Research, Volume 24, 2020, Pages 91-98, doi.org/10.1016/j.jare.2020.03.005.

[3] Lam, T.T., Shum, M.H., Zhu, H. et al. Identifying SARS-CoV-2 related coronaviruses in Malayan pangolins. Nature (2020). https://doi.org/10.1038/s41586-020-2169-0

[4] Ashour, H.M.; Elkhatib, W.F.; Rahman, M.M.; Elshabrawy, H.A. Insights into the Recent 2019 Novel Coronavirus (SARS-CoV-2) in Light of Past Human Coronavirus Outbreaks. Pathogens 20209, 186; doi:10.3390/pathogens9030186

[5] Muhammad Adnan Shereen, Suliman Khan, Abeer Kazmi, Nadia Bashir, Rabeea Siddique. COVID-19 infection: Origin, transmission, and characteristics of human coronaviruses. Journal of Advanced Research, Volume 24, 2020, Pages 91-98, doi.org/10.1016/j.jare.2020.03.005.

[6] Chih-Cheng Lai, Yen Hung Liu, Cheng-Yi Wang, Ya-Hui Wang, Shun-Chung Hsueh, Muh-Yen Yen, Wen-Chien Ko, Po-Ren Hsueh. Asymptomatic carrier state, acute respiratory disease, and pneumonia due to severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2): Facts and myths. Journal of Microbiology, Immunology and Infection, 2020, https://doi.org/10.1016/j.jmii.2020.02.012

[7] https://www.vidal.fr/actualites/24686/des_signes_cutanes_tres_varies_sont_associes_a_l_infection_covid_19/

[8] joob B, Wiwanitkit V, COVID-19 can present with a rash and be mistaken for Dengue, Journal of the American Academy of Dermatology (2020), DOI: https://doi.org/10.1016/j.jaad.2020.03.036

[9] S. Recalcati . Cutaneous manifestations in COVID‐19: a first perspective. doi:10.1111/JDV.16387

[10] https://www.ecdc.europa.eu/en/novel-coronavirus-china/questions-answers

[11] https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

[12] https://www.visualcapitalist.com/history-of-pandemics-deadliest/)

[13] Jieliang Chen Pathogenicity and transmissibility of 2019-nCoVdA quick overview and comparison with other emerging viruses Microbes and Infection 22 (2020) 69-71;  doi: 10.1016/j.micinf.2020.01.004.

[14] Ong SWX, Tan YK, Chia PY, et al. Air, Surface Environmental, and Personal Protective Equipment Contamination by Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 (SARS-CoV-2) From a Symptomatic Patient. JAMA. Published online March 04, 2020. doi:10.1001/jama.2020.3227

[15] Shiu EYC, Leung NHL, Cowling BJ. Controversy around airborne versus droplet transmission of respiratory viruses: implication for infection prevention. Curr Opin Infect Dis. 2019 Aug;32(4):372-379. doi: 10.1097/QCO.0000000000000563

[16] Tellier, R., Li, Y., Cowling, B.J. et al. Recognition of aerosol transmission of infectious agents: a commentary. BMC Infect Dis 19, 101 (2019). https://doi.org/10.1186/s12879-019-3707-y

[17] van Doremalen N, Bushmaker T, Morris DH, et al. Aerosol and surface stability of SARS-CoV-2 as compared with SARS-CoV-1. N Engl J Med. DOI: 10.1056/NEJMc2004973DOI: 10.1056/NEJMc2004973

[18] Tran K, Cimon K, Severn M, Pessoa-Silva CL, Conly J. Aerosol generating procedures and risk of transmission of acute respiratory infections to healthcare workers: a systematic review. PLoS One. 2012;7(4):e35797. doi:10.1371/journal.pone.0035797

[19]  . Chih-Cheng Lai, Yen Hung Liu, Cheng-Yi Wang, Ya-Hui Wang, Shun-Chung Hsueh, Muh-Yen Yen, Wen-Chien Ko, Po-Ren Hsueh. Asymptomatic carrier state, acute respiratory disease, and pneumonia due to severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2): Facts and myths. Journal of Microbiology, Immunology and Infection, 2020, https://doi.org/10.1016/j.jmii.2020.02.012

[20] : Lee P-I et al., Are children less susceptible to COVID-19?, Journal of Microbiology, Immunology and Infection, https://doi.org/10.1016/j.jmii.2020.02.011

[21] Chih-Cheng Lai, Yen Hung Liu, Cheng-Yi Wang, Ya-Hui Wang, Shun-Chung Hsueh, Muh-Yen Yen, Wen-Chien Ko, Po-Ren Hsueh. Asymptomatic carrier state, acute respiratory disease, and pneumonia due to severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2): Facts and myths. Journal of Microbiology, Immunology and Infection, 2020, https://doi.org/10.1016/j.jmii.2020.02.012

[22] Kampf G., Todt D., Pfaender S., Steinmann E. Persistence of coronaviruses on inanimate surfaces and their inactivation with biocidal agents. Journal of Hospital Infection, Volume 104 (3):  246 – 251; DOI: https://doi.org/10.1016/j.jhin.2020.01.022

[23] van Doremalen N, Bushmaker T, Morris DH, et al. Aerosol and surface stability of SARS-CoV-2 as compared with SARS-CoV-1. N Engl J Med. DOI: 10.1056/NEJMc2004973DOI: 10.1056/NEJMc2004973

[24] Using face masks in the community – Reducing COVID-19 transmission from potentially asymptomatic or pre-symptomatic people through the use of face masks

https://www.ecdc.europa.eu/en/publications-data/using-face-masks-community-reducing-covid-19-transmission

[25] https://www.entreprises.gouv.fr/files/files/home/Masques_reservees_a_des_usages_non_sanitaires.pd

[26] Masques en tissu ou en non-tissé, efficacité du matériau : https://www.ifth.org/2020/03/25/covid-19-publication-de-la-base-de-donnees-avec-caracterisation-matiere-pour-la-realisation-de-masques-de-protection/

[27] Robert A.J. Signer, ; http://social-distancing.com/