Fonds d’Intervention : une adhérente témoigne


Cécile a demandé et obtenu le soutien de l’APPA pour réparer une erreur médicale dont sa fille a été victime…


Pourquoi avez-vous fait appel au Fonds d’Intervention de l’APPA ?

Je suis sage-femme à l’AP-HP et mon mari, praticien hospitalier, est adhérent de l’association. Nous avons fait appel au Fonds d’Intervention il y a quelques années. C’était lorsque notre fille Charlotte, l’une de nos quatre enfants, a été confrontée à des problèmes dentaires importants. Ces derniers représentant des sommes considérables.

Que s’est-il passé ?

Ma fille a été victime d’hyper-fluorose à une époque où on donnait des comprimés de fluor à tous les enfants. Quand elle a grandi, cela s’est traduit par des taches blanches sur les dents. Elles n’étaient pas vraiment gênantes, mais notre dentiste lui a mis des composites, dès l’âge de douze ans, censés les consolider. On devait les refaire en permanence, sûrement parce qu’ils n’étaient pas de bonne qualité et c’était très douloureux pour Charlotte.

Puis, quand elle a eu dix-sept ans, on nous a dit qu’il fallait arrêter les composites et envisager des facettes sur les douze dents de devant. Cela nous a été confirmé par un autre dentiste. À force de remplacer les composites, l’émail avait été enlevé et les dents étaient, de fait, très fragiles. Les facettes étaient effectivement une solution durable. Mais cela relevait de la chirurgie esthétique, pas du tout prise en charge par la sécu. L’opération nécessitait aussi de faire de l’orthodontie en amont. Les dépenses totales étaient estimées à 20 000 euros, mais nous n’avions pas les moyens !

Quand avez-vous pris contact avec l’APPA ?

J’ai appelé la mutuelle pour savoir si elle pouvait nous aider un peu financièrement, dans la mesure où la situation venait d’une erreur médicale et d’une très mauvaise prise en charge du problème d’origine. D’ailleurs, le second dentiste était un peu scandalisé par l’utilisation, à outrance, des composites… La mutuelle ne pouvait pas faire grand-chose, au-delà des remboursements prévus dans le contrat. Mais elle nous a informé de l’existence du Fonds d’intervention. Puisque l’on rentrait dans un cas particulier, assez injuste, cela permettait à l’APPA de nous aider éventuellement d’une autre manière. J’ai fait les démarches nécessaires, d’abord au téléphone puis par écrit, avec tout l’historique et les devis (orthodontie et facettes).

Quels ont été les résultats ?

Notre dossier a été instruit par la commission dédiée. Nous avons reçu assez rapidement une réponse favorable à la suite de laquelle l’APPA a pu prendre en charge une partie des dépenses. Cela nous a vraiment soulagé ! Charlotte a ainsi pu accomplir les soins nécessaires pour ses dents après des années d’orthodontie et une chirurgie de la mâchoire. Tout a été terminé il y a deux ans et elle est en pleine forme !