C’est officiel l’APPA devient partenaire de l’ANJMIR


Composée de 400 internes de la spécialité MIR, et d’une centaine de Jeunes Médecins de moins de 40 ans (assistants, chefs de cliniques, PH et universitaire), l’ANJMIR – Association Nationale des Jeunes Médecins Intensivistes Réanimateurs – a pour but d’encourager les futurs médecins à choisir cette spécialité.


Souhaitant créer un véritable réseau d’entraide, l’ANJMIR vise à rassembler et aider les intensivistes réanimateurs dans la mise en place de leurs projets, en leur fournissant un appui, des conseils et un soutien de la communauté.

L’APPA a conscience des difficultés auxquelles les internes sont confrontés quotidiennement. C’est pour cette raison que l’ANJMIR s’est tournée vers l’APPA pour les sensibiliser sur les risques psychosociaux.

Ce partenariat exclusif va œuvrer pour la prévention du mal-être physique et mental. Celui-ci étant de plus en plus présent chez les jeunes médecins. 

Dans ce but, l’APPA et l’ANJMIR vont prochainement réaliser des webinaires sur des thématiques liées à la santé des médecins.

L’APPA se chargera également d’accompagner et de soutenir l’ANJMIR sur les congrès où elle sera représentée.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à vous rendre sur ce lien.

Les autres partenaires de l’APPA : cliquez ici.

l’APPA, mécène d’initiatives à l’hôpital


Conformément à son projet associatif, l’APPA soutient plusieurs initiatives solidaires qui ont toutes un point commun : améliorer la vie à l’hôpital à travers des actions concrètes, souvent portées par des équipes soignantes et toujours au service des patients.


Dans l’animation qui va suivre, retrouvez l’ensemble des partenaires soutenus par l’APPA et découvrez leurs actions en vous rendant sur chacun de leur site :

En 2022, venez retrouver l’APPA sur les congrès


En 2021, l’APPA a eu la chance de pouvoir de nouveau participer à différents congrès hospitaliers. En 2022, l’Association renouvelle sa participation à chacun d’entre eux.


Vous trouverez ci-après la liste exhaustive des congrès où l’APPA sera présente en 2022 :

Janvier

  • L’Encéphale (psychiatrie) du 19 au 21 janvier 2022 au Palais des Congrès à Paris,
  • Le Congrès Français de Psychiatrie (CFP) en virtuel du 1er décembre 2021 au 28 mars 2022.

Mai

  • Hopipharm (pharmacie) du 18 au 20 mai 2022 au Palais des Congrès à Lille.

Juin

  • La Société Française de Pédiatrie (SFP) du 1er au 3 juin 2022 au Palais des Congrès à Lille,
  • Le Congrès des Urgences du 8 au 10 juin 2022 au Palais des Congrès à Paris
  • La Société de Réanimation de Langue Française (SRLF) : celle-ci se déroulera du 22 au 24 juin 2022 au palais des Congrès à Paris.

Septembre

  • La Société Française d’Anesthésie et de Réanimation (SFAR) du 22 au 24 septembre 2022 au Palais des congrès à Paris.

Octobre

  • La Société de l’Information Psychiatrique (SIP) du 29 septembre au 1er octobre 2022 au Palais des Congrès à Pau,
  • Le Congrès National des Internes en Psychiatrie (CNIPSY) à Grenoble (date à venir).

Nos numéros de stand vous seront communiqués au fur et à mesure de l’année depuis nos réseaux sociaux (LinkedIn, Instagram et Facebook).

Vous souhaitez être informé en temps réel des différentes actualités de l’association ?

Et si pour cela vous décidiez de devenir l’un de ses ambassadeurs ? Cliquez sur ce lien pour remplir le formulaire de demande.

Nous avons hâte de vous y retrouver !

Gagnez en simplicité avec les démarches dématérialisées


Gagnez en simplicité avec les démarches dématérialisées !


Communiquez avec nos services par mail !

Pour plus de simplicité et d’efficacité, privilégiez l’utilisation du mail pour échanger avec nos services. Pour se faire, pensez à nous communiquer vos coordonnées mails personnelles et/ou professionnelles à l’adresse suivante : gestion.appa@besse.fr, et n’oubliez pas de rappeler vos nom, prénom et numéro d’adhérent.

Vos démarches en ligne avec l’espace adhérent APPA :

Sur le site Internet de l’APPA vous pouvez accéder à votre espace adhérent qui vous permet de consulter des informations personnelles telles que :

  • Vos remboursements santé réglés par Mercer,
  • La liste des partenaires du réseau Santéclair (opticiens, dentistes/implantologues, audioprothésistes),
  • Mais également les documents liés directement à votre contrat APPA (notice d’informations, tableau de remboursements santé, garanties prévoyance, démarches à réaliser en cas d’arrêt de travail, …).

Pour créer votre espace adhérent, rien de plus simple. Connectez-vous sur le site APPA : www.appa-asso.org

1/ Vous ne vous êtes jamais connecté(e)s

  • Munissez-vous du courrier qui vous a été adressé par Bessé au moment de votre adhésion au contrat. Celui-ci comporte votre identifiant (numéro d’adhérent qui figure également dans votre carte de tiers-payant) ainsi qu’un mot de passe provisoire.
  • Si vous n’avez pas reçu ce courrier, vous pouvez vous rapprocher de l’équipe gestion APPA : gestion.appa@besse.fr ou au 09 69 36 37 10.

2/ Vous vous êtes déjà inscrit(e)s mais vous avez égaré votre mot de passe

  • Cliquez sur « mot de passe oublié »,
  • Saisissez l’adresse email associée à votre compte (fournie lors de votre première connexion),
  • Consultez l’email qui vous a été adressé et renouvelez votre mot de passe,
  • Si vous n’avez pas reçu l’email en question pensez à consulter la rubrique SPAMS de votre messagerie. Il est possible qu’il y soit présent.

L’APPA fête ses 40 ans !


L’APPA fête ses 40 ans, et par la même occasion, les 40 ans de son partenariat avec Bessé !


L’APPA a débloqué plus de 60 000 € grâce à son Fonds d’Intervention solidaire Covid-19. Elle met en lumière, à l’occasion de ses 40 ans, l’hôpital inventif d’aujourd’hui et de demain dans un magazine inédit.

Fondée en 1980 par un petit groupe de médecins dans le but d’offrir une solution innovante pour la protection sociale des praticiens hospitaliers, l’association APPA s’est développée tout au long de ces années autour de valeurs fortes et d’un modèle original, non lucratif et solidaire.

L’APPA protège aujourd’hui plus d’un praticien hospitalier sur cinq ainsi que leurs familles. Toutes les spécialités, toutes les générations et tous les modes d’exercice sur l’ensemble du territoire sont représentés.

Dès le début de la crise sanitaire, l’APPA s’est mobilisée pour soutenir ses adhérents. Et ce, à travers un fonds de solidarité dédié aux difficultés générées par la pandémie.

À l’occasion de ses 40 ans, l’APPA met en lumière l’hôpital inventif, d’aujourd’hui et de demain

Ce magazine anniversaire est imprimé à 20 000 exemplaires. Il est disponible en ligne, à travers une version interactive accessible ci-contre et sur le site de l’APPA.

Les contenus seront également relayés, tout au long de l’année, sur les réseaux sociaux de l’association.

Fonds d’Intervention : une adhérente témoigne


Cécile a demandé et obtenu le soutien de l’APPA pour réparer une erreur médicale dont sa fille a été victime…


Pourquoi avez-vous fait appel au Fonds d’Intervention de l’APPA ?

Je suis sage-femme à l’AP-HP et mon mari, praticien hospitalier, est adhérent de l’association. Nous avons fait appel au Fonds d’Intervention il y a quelques années. C’était lorsque notre fille Charlotte, l’une de nos quatre enfants, a été confrontée à des problèmes dentaires importants. Ces derniers représentant des sommes considérables.

Que s’est-il passé ?

Ma fille a été victime d’hyper-fluorose à une époque où on donnait des comprimés de fluor à tous les enfants. Quand elle a grandi, cela s’est traduit par des taches blanches sur les dents. Elles n’étaient pas vraiment gênantes, mais notre dentiste lui a mis des composites, dès l’âge de douze ans, censés les consolider. On devait les refaire en permanence, sûrement parce qu’ils n’étaient pas de bonne qualité et c’était très douloureux pour Charlotte.

Puis, quand elle a eu dix-sept ans, on nous a dit qu’il fallait arrêter les composites et envisager des facettes sur les douze dents de devant. Cela nous a été confirmé par un autre dentiste. À force de remplacer les composites, l’émail avait été enlevé et les dents étaient, de fait, très fragiles. Les facettes étaient effectivement une solution durable. Mais cela relevait de la chirurgie esthétique, pas du tout prise en charge par la sécu. L’opération nécessitait aussi de faire de l’orthodontie en amont. Les dépenses totales étaient estimées à 20 000 euros, mais nous n’avions pas les moyens !

Quand avez-vous pris contact avec l’APPA ?

J’ai appelé la mutuelle pour savoir si elle pouvait nous aider un peu financièrement, dans la mesure où la situation venait d’une erreur médicale et d’une très mauvaise prise en charge du problème d’origine. D’ailleurs, le second dentiste était un peu scandalisé par l’utilisation, à outrance, des composites… La mutuelle ne pouvait pas faire grand-chose, au-delà des remboursements prévus dans le contrat. Mais elle nous a informé de l’existence du Fonds d’intervention. Puisque l’on rentrait dans un cas particulier, assez injuste, cela permettait à l’APPA de nous aider éventuellement d’une autre manière. J’ai fait les démarches nécessaires, d’abord au téléphone puis par écrit, avec tout l’historique et les devis (orthodontie et facettes).

Quels ont été les résultats ?

Notre dossier a été instruit par la commission dédiée. Nous avons reçu assez rapidement une réponse favorable à la suite de laquelle l’APPA a pu prendre en charge une partie des dépenses. Cela nous a vraiment soulagé ! Charlotte a ainsi pu accomplir les soins nécessaires pour ses dents après des années d’orthodontie et une chirurgie de la mâchoire. Tout a été terminé il y a deux ans et elle est en pleine forme !

L’APPA organise son assemblée générale à distance


Cette année 2020 très particulière ne nous permet pas de tenir notre Assemblée Générale en réunion physique. La crise sanitaire que nous traversons a bouleversé notre calendrier et nos modes de fonctionnement.


Une ordonnance du 2 décembre 2020 est venue proroger celle du 25 mars 2020 (n°2020-321) jusqu’au 1er avril 2021. Celle-ci définit notamment les règles des consultations écrites pour les associations qui ne peuvent réunir physiquement leurs membres.

Le Conseil d’Administration a donc décidé, à titre exceptionnel, de procéder à une consultation écrite pour vous permettre de vous exprimer sur le rapport d’activité, d’approuver les comptes de l’exercice fiscal 2019 et de voter les résolutions. L’ensemble de ces documents a été adressé à chaque adhérent par voie postale le 15 décembre 2020.

Pour être recevable, votre bulletin de vote doit impérativement être retourné avant le 31 décembre 2020 au plus tard, dans une enveloppe vierge non affranchie en indiquant l’adresse et le numéro «  Libre-Réponse » qui figurent dans la consultation écrite.

Nous espérons qu’en 2021, nous pourrons nous réunir à nouveau et partager ensemble un moment convivial !

Fonds d’Intervention – Une adhérente témoigne


Judith* a été victime de problèmes dentaires importants – et surtout très coûteux, qui l’ont conduit à solliciter l’aide de l’association…


Comment avez-vous connu le Fonds d’Intervention de l’APPA ?

Je suis psychiatre, praticien hospitalier à temps partiel à Paris. Je suis adhérente à l’APPA depuis le début de ma carrière, il y a une vingtaine d’années. En 2017, j’ai dû entamer des soins dentaires très coûteux, pour moi et pour ma fille, impliquant notamment de l’orthodontie et une opération chirurgicale.

J’ai toujours été très satisfaite de la mutuelle mais je me suis rapidement aperçue que les remboursements seraient largement insuffisants pour couvrir toutes les dépenses. Un conseiller de Mercer m’avait appris, par le passé, l’existence du Fonds de Solidarité ; c’était resté dans un coin de ma tête même si, à l’origine, je ne pensais pas encore devoir y faire appel…

Que vous est-il arrivé précisément ?

Il y a trois ans, une étudiante m’a contactée pour réaliser une petite interview vidéo dans le cadre de son école. En regardant les images, je me suis rendue compte que mes dents partaient de travers. On a beau se regarder tous les jours dans le miroir, on ne se voit pas réellement et ça a été un peu la panique ! J’ai vu mon dentiste qui m’a confirmé que mes dents bougeaient et m’a renvoyé vers un orthodontiste. J’en ai vu quatre, au total, car je voulais avoir des avis différents avant d’arriver à la conclusion qu’il fallait faire quelque chose.

Dans mon métier, le sourire est fondamental car il est partie intégrante du contact avec l’autre. J’ai vite compris que ce serait long, douloureux et très onéreux mais, à cinquante ans, je n’allais pas rester avec quelque chose en train de se délabrer pour le reste de ma vie… Pendant cette période, le dentiste a également examiné ma fille et a mis en évidence des problèmes dentaires similaires. J’ai pris la décision d’entreprendre un traitement pour elle et pour moi avec le même orthodontiste.

Quel a été le coût ?

Dans ma situation, je me suis rapidement rendue compte que je ne pouvais pas maîtriser, à l’avance, le coût global de ces opérations. J’ai d’abord consulté plusieurs spécialistes car je ne voulais pas me lancer là-dedans avant d’avoir un avis certain. Mais je me suis vite retrouvée sur une pente « glissante » sur le plan financier avec les différents diagnostics, les radios puis les actes à proprement parler.

Il a été nécessaire de me retirer quatre dents pour permettre la restauration d’une dentition correcte et opérer la mâchoire. Au total, avec ma fille, les dépenses cumulées avoisinent 10 000 euros. C’est une somme très importante qui m’est apparue un peu comme une injustice car il ne s’agit pas de se payer un voyage mais de réparer une anomalie. Sans l’aide de l’APPA, j’aurais dû y consacrer une bonne partie de mes revenus pendant un ou deux ans, voire davantage.

Comment l’APPA vous a-t-elle aidée ?

La mutuelle prenait en charge une partie des dépenses, à hauteur de 650 euros chaque semestre. J’ai donc fait une demande auprès du Fonds d’Intervention qui a accepté de me soutenir financièrement et m’a accordé, sur la période, plusieurs versements complémentaires. C’était aussi important sur le plan psychologique, car ce n’est pas facile de porter des bagues à mon âge et de faire comprendre qu’il ne s’agit pas seulement d’un problème esthétique mais de quelque chose qui empêche de sourire et de vivre normalement.

Ayant reçu des aides, je me suis sentie soutenue par l’association qui prenait mon problème au sérieux comme quelque chose qui méritait d’être réparé. Les contacts ont été très appréciables car je n’ai jamais eu le sentiment d’être jugée ou de devoir me justifier, au-delà des documents demandés, sur mes choix et sur mes démarches. L’association a fait preuve d’une grande discrétion et a été un soutien très important, à tous les niveaux, sans émettre de réserves sur ma façon de mener les choses. Par exemple, on m’a laissé le choix du praticien indépendamment du devis, même si en l’occurence il était le moins cher.

Avez-vous retrouvé le sourire ?

Pas encore complètement, mais on approche de la fin ! Au départ, on m’avait annoncé deux années de soins mais cela fait déjà deux ans et demi, dont plusieurs mois de latence liés au COVID. C’est très long – ce qui explique aussi le montant des dépenses, mais j’ai bon espoir qu’on m’enlève les bagues d’ici la fin de l’automne. Et de me redécouvrir enfin avec des dents alignées et la liberté de sourire…

* Le prénom a été modifié

PARTICIPATION APPA AUX CONGRES DE SPECIALITES


Comme vous le savez, la crise sanitaire a quelque peu bouleversé le planning des différents congrès auxquels le corps médical a pour habitude de participer.

La plupart d’entre eux ayant pu être reportés, nous avons décidé de partager avec vous un tableau récapitulatif des dates et reports des congrès auxquels l’APPA sera présente :


Les dons APPA


Depuis de nombreuses années, l’APPA soutient l’action de plusieurs associations. Ces dernières qui œuvrent pour le bien être des médecins, des enfants et plus largement des personnes hospitalisées. Comment pourrait-il en être autrement !


En 2019, 4 associations ont été soutenues :

  • Tournesol – Artistes à l’Hôpital
  • L’Enfant à l’hôpital
  • Colore mon hôpital
  • Le CFAR – Commission SMART

Mais que font exactement ces associations ?

Création : 1990 – Association d’intérêt général

Objet : Offrir aux personnes hospitalisées ou isolées, des moments artistiques (musique, danse, cirque contemporain, lecture, arts plastiques et visuels…) riches en émotion dans tous les services des établissements de santé (médecine générale et cancérologie, soins palliatifs, psychiatrie, gériatrie, (poly) handicap, Samu social…)

Création : 1986 – Association Loi 1901

Objet : Aider à poursuivre la vie scolaire et le maintien de la vie affective, sociale et culturelle de l’enfant malade, handicapé ou en décrochage scolaire grâce à l’usage des nouvelles technologies avec la création du logiciel Kolibri. Cette plateforme numérique offre aux enfants une méthode innovante qui leur permet d’apprendre à travers les aventures des voyageurs.

Création : 2017 – Association Loi 1901

Objet : Améliorer l’entrée des enfants au bloc opératoire ; Améliorer le confort des patients hospitalisés & recycler les déchets hospitaliers pour limiter notre impact écologique.

Composée d’infirmiers, médecins et chirurgiens, aides-soignants, cadres de santé…, Colore Mon Hôpital a été créée en juin 2017.

Création : 2009 – Commission SMART (Santé des Médecins Anesthésistes Réanimateurs au Travail)

Objet : Prendre en compte les différentes conséquences du mal-être et des pathologies qui affectent le bien-être et la santé au travail des professionnels, médecins et infirmiers de notre spécialité, et en perspective pour d’autres spécialités ; de les informer sur les conditions de leur survenue, tout particulièrement dans le milieu professionnel.

 A quoi servent les dons de leurs mécènes ?

Tournesol – https://associationtournesol.com/

L’Association est très importante. Elle rayonne dans presque toute la France et effectue des animations artistiques dans les établissements (musique classique, art lyrique, jazz, chansons françaises, théâtre…).

  • 532 évènements dans 45 établissements (390 en Ile de France & 142 dans les Hauts-de-France)
  • Pour 12 180 personnes ayant bénéficié des actions réalisées
  • Plus de 20 nouveaux artistes impliqués et motivés.

L’enfant à l’hôpital – https://www.enfant-hopital.org/

L’association a pu se doter de deux ordinateurs portables pour équiper le service de psychopathologie de l’enfant et l’adolescent de l’hôpital de La Salpêtrière à Paris (75).

Cet équipement informatique permettra aux enfants hospitalisés et isolés de mieux suivre nos ateliers Kolibri chaque semaine.

KOLIBRI Qu’est-ce que c’est ?

Associé à notre accompagnement humain et sur mesure, Kolibri permet de mettre en œuvre notre pédagogie innovante de retour aux apprentissages auprès d’enfants et adolescents en décrochage scolaire et leur redonner le goût d’apprendre.

Véritable université participative, Kolibri a été à nouveau alimenté tout au long de cette année par nos contributeurs et volontaires. En 2018, 458 nouveaux carnets de voyage ont été rédigés par nos voyageurs-solidaires.

Grâce à nos dons, cette association a pu améliorer les difficultés de transmission des voyageurs en acquérant un nouvel outil Kolibri plus performant et innovant.


Colore mon hôpital – https://coloremonhopital.fr/

Le bien-être de l’enfant hospitalisé est une priorité. Pour aider l’enfant à se diriger sans peur vers le bloc opératoire, Colore mon hôpital a créé une tablette en réalité augmentée qui a pris forme en mai dernier en partenariat avec l’illustrateur Luc TurLan.

Aujourd’hui, les personnages de cet auteur figurent sur la tablette (Crapoto le cochon, et Peluchon, l’âne en culotte). Ils s’adressent à l’enfant (textes et voix) et l’accompagnent tout au long de son parcours, de son arrivée en pédiatrie, au bloc opératoire, jusqu’au retour en chambre.

Les différentes étapes ainsi que l’environnement du bloc opératoire lui sont expliqués. Des jeux divers, des histoires, musique et photos ont pour but de distraire et relaxer l’enfant et de diminuer son anxiété. Après le bloc opératoire, un doudou est distribué à chaque enfant. Enfin, l’hôpital a un besoin important de matériel et de consommables pour permettre son mode de fonctionnement. Colore mon hôpital est soucieuse du développement durable et organise le tri et le recyclage de certains déchets au bloc opératoire.


Le CFAR – Commission SMART – https://cfar.org/sante-au-travail-smart/

La commission SMART (Santé des Médecins Anesthésistes Réanimateurs au Travail) du CFAR, poursuit une réflexion, propose des actions, et met en place des outils concrets pour le bien-être et la santé au travail des professionnels, médecins et infirmiers de notre spécialité, et en perspective pour d’autres spécialités.

Les fonds récoltés ont permis de :

  • Continuer à faire vivre les campagnes « Dis Doc, t’as ton Doc? » et « 1 patient, 1 équipe ».
  • Récompenser les lauréats du Prix Max Doppia, qui a été attribué à un IADE en 2019.
  • Récompenser deux professionnels en 2020.

La commission SMART :

  • est également présente au DU Gestion des risques dans la prise en charge des patients en établissement de santé (Angers) et au DU Stress professionnels et pratiques soignantes (Kremlin Bicêtre).
  • est intervenue lors de la 56ème journée nationale de formation sur la santé au travail dans les établissements de soins (ANMTEPH, ministère des solidarités et de la santé) afin de présenter son partenariat avec l’Observatoire de la souffrance au travail des praticiens hospitaliers (OSAT). Plus d’infos : osat.aph-france.fr
  • a présenté ses travaux au Congrès International de la Médecine du Travail de Buenos Aires et auprès de la Société d’anesthésie argentine.
  • est intervenue à l’Académie Nationale de Chirurgie sur « la maitrise des conflits, de l’émotion à la raison ».

Top