Mars 2020

♦ À bout de souffle !

♦ Nomination du docteur Olivier Véran au poste de Ministre des Solidarités et de la Santé.
——

 

« Tous, nous sommes à bout de souffle ! », la lettre ouverte d’une généraliste à Agnès Buzyn

PAR STÉPHANE LONG –  PUBLIÉ LE 15/02/2020 : Le Quotidien du Médecin

« J’aimerais bien qu’on soit écouté, que le gouvernement ouvre un peu les yeux. » C’est le message envoyé par le Dr Madeleine Lhote au président de la République, Emmanuel Macron, et à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Cette jeune généraliste de 35 ans, installée dans le 19e arrondissement de Paris, a fait part de son écœurement et de ses inquiétudes dans une lettre ouverte qu’elle a adressée aux pouvoirs publics et qu’elle a fait parvenir au « Quotidien » (voir ci-dessous).

« Il y a beaucoup de tristesse à voir ce qui se passe dans la médecine aujourd’hui. Des chefs de service démissionnent par centaines… et il ne se passe rien ! », s’indigne la jeune femme, contactée par « le Quotidien ».

Il y a un an, elle était victime d’un burn-out, épuisée par la charge de travail, la pression des patients, les lourdeurs du système de soins… Au mois de septembre dernier, elle a repris le travail en mi-temps thérapeutique. Trois mois plus tard, elle est déjà rattrapée par le rythme infernal de la médecine générale alors même qu’elle estime travailler dans d’excellentes conditions, en équipe, dans une maison de santé récente.

« Revaloriser le salaire des infirmiers et des aides-soignants »

« C’est tout le système qui est grippé et qui met à mal le partenariat entre la médecine de ville et l’hôpital, constate-t-elle. Tout devient compliqué pour nous, joindre des spécialistes, envoyer des patients aux urgences quand on sait qu’elles sont déjà encombrées… On passe notre temps au téléphone pour obtenir des rendez-vous, des examens en urgence pour nos patients, joindre des correspondants, trouver un transport conventionné. C’est épuisant ! »

S’il y avait une mesure urgente à prendre ? « Ce serait de revaloriser le salaire des infirmiers et des aides-soignants, répond le Dr Lhote. Ces gens portent la santé en France, on ne peut pas accepter qu’ils soient sous-payés. »

À travers ce courrier, la généraliste espère mêler sa voix à celles des milliers de soignants qui réclament aujourd’hui des moyens pour « travailler dans des conditions dignes » et permettant d’assurer la sécurité des patients. « Madame la ministre, saurez-vous vous faire l’émissaire de ce message et nous défendre au nom d’un serment que vous avez prêté […] ? », conclut le Dr Lhote.

 

À LIRE AUSSI

« J’ai 35 ans et je suis en burn-out », le SOS d’un médecin en détresse

https://www.lequotidiendumedecin.fr/archives/jai-35-ans-et-je-suis-en-burn-out-le-sos-dun-medecin-en-detresse

——

 

Nomination du docteur Olivier Véran au poste de Ministre des Solidarités et de la Santé.

 

Communiqué APH et JM du 18 février 2020

 

Action Praticiens Hôpital et Jeunes Médecins prennent acte de la nomination du docteur Olivier Véran au poste de Ministre des Solidarités et de la Santé.

La tâche qui attend Olivier Véran est immense : depuis des années, l’Hôpital Public est sous-financé et les soignants épuisés. L’alternance de discours empathiques et de restrictions budgétaires n’a pas été effacée par quelques mesures ciblées, arrachées par la mobilisation des soignants.

Plus que le coronavirus qui a hélas fait son premier mort dans notre pays, le problème principal de l’hôpital public est l’insuffisance des effectifs dans de trop nombreux services, au premier rang desquels les Urgences où l’attente sur les brancards est responsable de décès supplémentaires chaque jour.

La priorité du nouveau ministre doit être l’Hôpital Public. Il n’est nul besoin d’une enquête pour connaître les raisons du « mal-être » des soignants parce que celles-ci sont décrites depuis des mois dans tous les communiqués de presse des organisations hospitalières, dans tous les articles de la presse spécialisée et exprimés dans tous les espaces de concertation comme sur les banderoles des manifestations qui ne s’arrêteront pas avant d’avoir obtenu gain de cause.

Monsieur le Ministre, l’Hôpital Public souffre de sous-financement, de trop de postes vacants par manque d’attractivité, des salaires bloqués depuis dix ans et qui pointent désormais en queue de peloton des pays de l’OCDE. Vous le savez depuis longtemps puisque vous êtes l’auteur d’un rapport remarqué sur l’intérim médical à l’hôpital, d’un autre sur la tarification à l’activité et êtes depuis le début du quinquennat le rapporteur des lois de financement de la sécurité sociale à l’Assemblée nationale. Le « forfait de réorientation » défendu en tant que parlementaire, qui a pour objectif d’alléger les services d’urgences en incitant les hôpitaux à rediriger les patients vers la médecine libérale ne peut résumer votre future politique hospitalière !

APH et JM ont des propositions plus sérieuses et concrètes à vous faire, attendues par tous les hospitaliers. L’enquête que vous avez demandée peut être bouclée en 24 heures et vous pourrez ainsi immédiatement agir sur les dossiers importants : financement, attractivité des carrières et gouvernance interne des hôpitaux publics.

Contact : Jacques Trévidic, Président CPH, Président APH