Fonds d’Intervention – « Histoire de solidarité »

Docteur K. Mougin et sa famille ont tout perdu suite à un incendie dans leur maison sur l’Ile de la Réunion. L’APPA s’est mobilisée à travers son Fonds d’Intervention pour lui apporter, à deux reprises, un soutien financier.

Pouvez-vous nous raconter, en quelques mots, votre itinéraire de PH et votre adhésion à l’APPA ?

 Je suis praticien hospitalier, médecin urgentiste, installée à La Réunion depuis 24 ans ; j’exerce au Centre hospitalier de Saint-Paul. J’ai connu l’APPA par mes collègues et je suis adhérente à l’association depuis le début de ma carrière.

Pourquoi avez-vous sollicité le Fonds d’Intervention ?

 Le 27 février 2019, à 1h30 du matin, nous avons été victimes d’un terrible incendie consécutif à un gros orage. La foudre s’est abattue sur la maison que nous avions fait construire et dans laquelle nous vivions, depuis vingt ans, avec mon mari et nos deux enfants. Par chance, nous avons pu en sortir indemne, mais en une demie heure à peine, tout a brûlé sous nos yeux ! Nous avons tout perdu : nos lunettes, nos vêtements, nos deux animaux, nos ordinateurs, etc… sans compter évidemment tous les objets personnels et vingt ans de souvenirs familiaux. Ce fut un choc immense, dont nous ne sommes pas sortis, qui a aussi suscité un formidable élan de solidarité de la part de notre entourage et même au-delà. C’est notamment une voisine et amie qui m’a conseillé de regarder auprès de la mutuelle s’il existait un fonds de garantie pour ce type de circonstances exceptionnelles.

Quelles démarches avez-vous effectué auprès de l’APPA  ?

 Ce fut très simple et très rapide. J’ai adressé un e-mail à Catherine Pépratx de Bessé pour le compte de l’APPA expliquant notre situation. Elle m’a rapidement recontactée pour préparer le dossier en vue de la prochaine commission qui devait se tenir au début du printemps. En mai, nous avons obtenu une première aide de 5 000 euros, puis un second versement de 10 000 euros a été réalisé en décembre dernier. Ce soutien financier a été une véritable bouffée d’oxygène car nous avons dû progressivement tout racheter en attendant les retours de nos démarches auprès des différentes assurances (habitation, auto, téléphones, etc.).

Dans certains cas, l’ampleur du sinistre fait que le dossier doit être traité par le siège, en métropole, ce qui rallonge les délais… Bref, les démarches sont très longues et complexes, contrairement au soutien de l’APPA qui, une fois validé, a été débloqué très vite et nous a permis de financer des achats essentiels pour pouvoir travailler et vivre à peu près normalement.

Où vivez-vous désormais ?

Des amis nous ont accueilli après l’incendie, puis nous avons été relogés par l’assurance pour une durée d’un an. Mais l’échéance approche alors que la procédure d’indemnisation n’est toujours pas débloquée. Concrètement, nous devons reconstruire la même maison au même endroit ; le permis est accordé mais il nous est impossible d’engager les travaux, qui prendront plusieurs mois, avant d’avoir les fonds. Nous étions propriétaires d’un logement totalement remboursé mais, en raison des délais de traitement des dossiers, nous allons être obligés de débourser à nouveau de l’argent pour une location temporaire, sachant que les prix dans le secteur sont très élevés (environ 2 000 euros par mois de budget). C’est un peu la double peine, mais nous allons continuer à nous battre en espérant de bonnes nouvelles dans les semaines à venir !

Plus largement, nous voulons simplement tourner la page afin de nous projeter dans autre chose que les démarches administratives et les mauvais souvenirs. Le soutien de nos proches et de l’APPA a été déterminant dans cette période de transition, du point de vue matériel mais aussi psychologique, en attendant notre reconstruction… à tous les niveaux.