Mai 2019

♦ Élections professionnelles

♦ L’INPH dit NON au statut « loconational »

♦ Grève ! Appel à la grève le jeudi 9 Mai contre la casse du service public

 —-


 

 

Elections professionnelles 2019 (Communiqué APH et Jeunes Médecins)

 

Publication des listes électorales

Trois élections de représentants des personnels médicaux, odontologistes et pharmaceutiques auront lieu du 25 juin au 2 juillet 2019, de manière simultanée et seront coordonnées par la DGOS et le CNG pour élire les représentants :

 

– au conseil supérieur des personnels médicaux, odontologistes et pharmaceutiques (CSPM) – (compétence DGOS)

 

– à la commission statutaire nationale (CSN) – (compétence CNG)

 

– et au conseil de discipline (CD) – (compétence CNG)

 

La Dgos et le CNG viennent de mettre en ligne la liste de tous les électeurs potentiels. Pour chacun des scrutins (CSPM, CSN et CD), les votants sont appelés à vérifier que leur nom figure bien sur les listes correspondantes.

 

Merci d’examiner si vous êtes bien inscrit pour pouvoir voter le moment venu. La participation sera un enjeu pour la crédibilité de l’ensemble des professions médicales hospitalières et de leurs représentants.

 

Ces listes sont accessibles à l’adresse https://solidarites-sante.gouv.fr/professionnels/gerer-un-etablissement-de-sante-medico-social/ressources-humaines/elections-medecins

 

Si vous constatez une anomalie sur les listes électorales CSN et CD, vous pouvez contacter le CNG par mail à l’adresse cng-elections2019@sante.gouv.fr ou sur la ligne directe dédiée à ces élections : 01 77 35 61 80.

 

Pour le CSPM, toute réclamation doit être effectuée en remplissant soigneusement le formulaire disponible <https://solidaritessante.gouv.fr/IMG/xlsx/formulaire_reclamation_liste_electorale_cspm.xlsx> avec vos coordonnées et le motif de votre réclamation et en l’adressant, avec AR, à elections-medecins@sante.gouv.fr ainsi qu’à votre chef d’établissement, avec en objet la mention « Réclamation ».

 

Les demandes d’inscription doivent être adressées par courriel du 26 avril au 3 mai à minuit.

Les demandes de rectification/suppression doivent être adressées par courriel du 26 avril au 6 mai à minuit.

Passé ce délai, aucune modification ne sera prise en compte.

 

—-


 

L’INPH dit NON au statut « loconational » Communiqué de Presse du 24 avril

Sous couvert de faciliter l’accès au statut de Praticien Hospitalier titulaire et de réduire la période d’attente de poste sous statut de praticien contractuel, le gouvernement nous propose un statut « loconational ».

La Direction Générale de l’Organisation des Soins (DGOS) nous avait assuré du maintien d’une nomination et d’une gestion nationale du corps des Praticiens Hospitaliers titulaires sans préciser les modalités d’accessibilité.

Depuis le 17 avril, nous voilà fixés ! La DGOS souhaite un tri au niveau des établissements qui seuls auront la légitimité de déclarer un praticien éligible au statut de Praticien Hospitalier titulaire !
Fini le concours !
Fini la liste d’aptitude !
Le CNG est relégué au rôle de chambre d’enregistrement d’un recrutement purement local !

La DGOS invente le statut « loconational » qui est synonyme de perte d’indépendance d’exercice et de perte de chance d’accession à l’exercice médical à l’Hôpital Public.

L’INPH dit NON au statut « loconational » et rappelle ses exigences pour fluidifier l’accès à un statut réellement national :

Préserver et renforcer la nomination nationale des PH à partir d’une liste aptitude nationale établie par une commission nationale de pairs gérée par le CNG.

Intégrer les praticiens attachés en CDI dans le corps des PH dès lors qu’ils sont inscrits sur la liste d’aptitude nationale.

Revaloriser la grille de rémunération des PH globalement de 30%.

Améliorer la rémunération des jeunes PH en supprimant les six premiers échelons de début de carrière

Revaloriser la rémunération des contrats post-internat (Chefs de cliniques assistants, assistants hospitalo-univesitaires et assistants spécialistes) au même niveau que celle des Praticiens Hospitaliers titulaires.

—-


 

Médecins et CGT des Hôpitaux de Saint-Maurice appellent ensemble à la grève de tous les personnels jeudi 9 mai, mobilisation nationale contre la casse du service public. Communiqué de presse jeudi 25 avril 2019

Dans une déclaration commune Médecins et CGT dénoncent :

  • La diminution des postes médicaux et non médicaux qui dégrade les conditions de travail. Les équipes s’épuisent pour préserver la qualité des soins. Nous sommes inquiets pour notre propre santé.
  • Les nouvelles politiques de santé qui modifient nos pratiques professionnelles, parfois à l’encontre de nos valeurs humaines.
  • L’administration qui maintient des postes vacants et présente un budget artificiellement en déficit de 2,3 millions alors qu’en 2018 le fond de roulement a été augmenté à 29 millions.
  • L’ARS qui bloque le budget des Hôpitaux de Saint-Maurice au mépris de l’ONDAM hospitalier voté par le parlement.

Nos revendications communes sont :

Pour les Hôpitaux de Saint-Maurice et l’ARS :

  • L’arrêt immédiat du PRE (Plan de Retour à l’Equilibre/Réduction des Effectifs), et la présentation de comptes sincères,
  • Le rétablissement immédiat des effectifs médicaux et non médicaux,
  • Le rétablissement du budget de l’hôpital.

Pour le gouvernement :

  • L’augmentation générale des salaires,
  • L’arrêt de la réforme sur les services publics.

A la suite de la grève du jeudi 9 mai, médecin et CGT-HSM appellent à une Assemblée Générale des personnels médicaux et non médicaux le mardi 14 mai à 14h pour rendre compte des négociations avec la Direction et décider des suites à donner au mouvement.

Contact :

David FRANCOIS, secrétaire syndicat CGT-HSM : 06.98.59.76.01 / 01.43.96.60.57

Dr Renaud PEQUIGNOT, secrétaire du collège médical : 06.85.28.02.11