Actualité : Octobre 2017

SNPHAR : Holdup sur les salaires et retraites des praticiens hospitaliers

AVENIR HOSPITALIER : une délégation d’Action Praticiens Hôpital (APH) a été reçue par Agnès BUZYN.

L’INPH RECU PAR AGNES BUZYN (Communiqué)


SNPHAR : Holdup sur les salaires et retraites des praticiens hospitaliers

Lire ce communiqué : voir .pdf


AVENIR HOSPITALIER (Communiqué de presse)

Vendredi 15 septembre, une délégation d’Action Praticiens Hôpital (APH) a été reçue par Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé à son retour des Antilles. Après un accueil chaleureux, les échanges ont été directs, sans tabou, avec une écoute attentive des propositions constructives portées par la délégation. Les sujets déjà évoqués lors de la rencontre du 23 août avec le Cabinet (voir la lettre d’information APH du 25 août) ont été repris, en insistant sur les plusieurs points importants (voir le communiqué de presse complet en pdf) :
– les Organisations Syndicales de PH doivent être écoutées comme des partenaires sociaux à part entière au cœur d’un système complexe qui ne peut plus les ignorer.…

– Les Hôpitaux sont toujours une zone de non-droits syndicaux pour le corps médical : : l’exigence de parution rapide du Décret relatif à la création du Conseil supérieur des professions médicales hospitalières (CSPMH) pour une vraie démocratie sociale a été rappelé…

Le malaise hospitalier est persistant et s’aggrave. En illustration, le Rapport-Qui-Pique qui avait été établi par le SNPHAR-E en 2015 a été remis à la ministre…

La faible attractivité des carrières a été rappelée et notamment le besoin de clarifier la déclinaisons des dispositions du Plan 2016 de l’équipe précédente, en l’enrichissant…

La déréglementation sauvage actuelle des recrutements hospitaliers a été dénoncée exemples à l’appui : « l’intérim médical est un cancer hospitalier métastasé »...

– APH s’est déclarée prête à faire des propositions innovantes dans le respect d’un cadre statutaire que la ministre a dit vouloir préserver…

Le temps de travail et son décompte actuel totalement inadapté : l’accord des 5 Intersyndicales a été rappelé pour que justice soit rendue en créditant la période de 24 H de 5 plages pour permettre le respect de la Directive européenne sur le temps de travail.

La ministre a noté qu’à la création du statut de PH, en 1984, un PH débutant gagnait 4,2 SMIC, « aujourd’hui, c’est 2,8 ! ». La revalorisation salariale est indispensable pour le rattrapage de cette dégradation.

Augmentation CSG, cotisations IRCANTEC, taxation des contrats de Prévoyance : APH a exposé ses inquiétudes et son refus de voir les PH lésés par l’augmentation de la CSG, la suppression des cotisations sociales pour l’IRCANTEC (parts employeur et salarié) en cas de paiement de jours CET, ainsi que la taxation qui se profile sur les contrats de prévoyance conclus par les PH.

Médecins du Travail : quand la ministre affiche ses priorités pour la prévention, APH demande que les médecins du travail recrutés par les hôpitaux publics accèdent plus facilement au statut de PH pour valoriser leur exercice.

– Les présidents d’AH et CPH répondront à la demande de la ministre de lui adresser des notes sur ces points, reconnaissance implicite de notre expertise syndicale.

La ministre a indiqué des compensations à la hausse de la CSG pour les PH

Violences obstétricales : une lettre a été remise à la ministre pour dénoncer une campagne insultante et le besoin d’une position claire de la ministre pour rassurer les soignants au moment où l’irrationnel peut provoquer de graves troubles sanitaires.

La stratégie nationale santé mentale : APH a exprimé sa volonté de participation active.

OSAT.APH : APH a annoncé à la ministre, la création de son Observatoire de la Souffrance Au Travail des PH (https://osat.aph-france.fr )…

En conclusion : APH se félicite du climat de la rencontre avec la nouvelle ministre, mais reste très vigilante sur le contenu et les modes d’expérimentation proposées dans la Stratégie Nationale de Santé et attend des actes significatifs de son écoute. Son Conseil d’Administration entend et comprend les protestations qui commencent à s’exprimer au travers des mouvements sociaux qui se multiplient et toucheront la Fonction Publique.

Site web : http://aph-france.fr

Contacts :

Jacques Trévidic, Président CPH, Président APH 

Max-André Doppia, Président AH, Vice-Président APH 

Marc Bétremieux, Secrétaire général APH

Raphaël Briot, Trésorier APH
Nicole Smolski, Présidente d’honneur APH 

 


L’INPH RECU PAR AGNES BUZYN (Communiqué de presse)

L’INPH a été reçu ce lundi 31 juillet 2017 par la Ministre de la santé Agnès BUZYN.

Ce premier contact a permis de commencer les rapprochements entre les attentes des Praticiens Hospitaliers et la feuille de route du nouveau gouvernement en matière de santé.

La Ministre a fait preuve d’empathie, relevée par la délégation de l’INPH ce qui permet d’augurer un dialogue constructif et régulier.

La Ministre a réaffirmé son attachement au service Public Hospitalier dans le système de santé Français et a insisté sur la nécessité que chaque exercice, Public et Libéral, puisse se déployer.

Nombre de nos préoccupations – comme la démographie médicale et le financement des hôpitaux publics – sont perçues par la Ministre comme de réelles et légitimes sources d’inquiétudes et comme autant de priorité.

D’emblée, la Ministre a évoqué la sortie partielle du tout T2A, l’occasion pour la délégation de l’INPH de lui communiquer notre accompagnement.

Bien entendu, l’INPH a insisté sur la rénovation nécessaire du statut de PH, et a souligné les carences du récent Plan d’Attractivité des carrières.

L’INPH a rappelé la règle des 3R : Revalorisation intellectuelle et financière, Responsabilisation accrue, Remédicalisation des équipes soignantes ; Ces 3R sont incontournables pour une Attractivité aussi urgente qu’attendue.

L’INPH a aussi insisté sur les GHT en réaffirmant son soutien vigilant (notamment en matière de statut de PH).

La psychiatrie, notamment la pédopsychiatrie et la pédiatrie ont été particulièrement perçues avec un haut degré de réactivité.

Ce premier rendez-vous en appelle d’autres afin que l’INPH puisse témoigner du passage des intentions aux actes.

Docteur Rachel BOCHER Présidente de l’INPH